Articles

L'actualité des films de Bollywood et du cinéma indien

Heroine – Fiche Film

Kareena Halkat Jawani 9

Réalisé par Madhur Bhandarkar
Avec Kareena Kapoor, Arjun Rampal, Randeep Hooda
Inde. 2012. Produit par Bhandarkar Entertainement & UTV Motion Pictures
Date de sortie en Inde : 21 septembre 2012

Synopsis : Mahi Arora est une héroïne dans tous les sens du terme. Non seulement elle est au sommet de sa gloire, mais elle est également une jeune femme simple, libre, sans attaches, belle et riche. En tout cas, c’est ce que tout le monde aimerait croire… Mais la réalité est bien différente, le monde de Mahi est en contradiction complète avec le monde extérieur : elle est sujette aux sautes d’humeur, elle est même bipolaire, elle souffre d’un fort sentiment d’insécurité et elle est très solitaire. Sa seule source de bonheur reste l’amour, un amour fou pour un réalisateur. Délaissant sa carrière pour partager cet amour, elle commence  alors sa descente aux enfers…

 heroine-movie-stills-1-03

Critique de Bollywoodstudio 
Difficile de parler d’Heroine parce qu’il n’est pas évident à analyser, tellement le film est confus, au rythme lent et inégal. Et malgré tout, il y a la prestation exceptionnelle, le mot n’est d’ailleurs pas assez fort, de Kareena Kapoor. L’actrice porte le film sur ses épaules, on ne voit qu’elle à l’écran. Cela en est à un tel point que les autres acteurs sont totalement éclipsés, à part peut-être Arjun Rampal qui arrive plus ou moins à tirer son épingle du jeu. Dans le film de Madhur Bhandarkar, les hommes ne sont que des accessoires et il n’est pas anodin que son film se soit appelé Heroine. Kareena Kapoor est filmée de manière sublime, on la déteste pour ses sautes d’humeur, elle a su se rendre crispante et pourtant on est ému face à sa bipolarité, ses tourments et son amour déraisonné pour un homme marié. Avec des gros plans bien appuyés, Kareena Kapoor nous transmet son désarroi et également son humanité, derrière la grande façade du monde de Bollywood. Elle est excellente dans son rôle d’une femme qui use de tous les excès, l’alcool, le tabac, le sexe. Rien n’est tabou. Elle est criante de vérité, les yeux en larmes, gonflés, piquant une crise de nerfs ou tout simplement en train de perdre pied. Ce n’était certainement pas un rôle facile à interpréter parce que son personnage est montré sous un mauvais jour, mais en même temps nous sommes au coeur de l’héroïne et cela ne nous laisse pas indemne.

Kareena Kapoor s’est donnée à fond pour Heroine et cela se ressent. Elle est si naturelle à l’écran, que même les scènes osées ou encore choquantes paraissent banales. Et pourtant, ce n’est pas l’usage en Inde. Les scènes intimes avec Arjun Rampal semblent réelles et elle n’a pas eu peur de les tourner. On ne ressent d’ailleurs aucune gêne. Kareena Kapoor n’a eu peur de rien, même pas le sujet de l’homosexualité. Chapeau ! Elle a osé se montrer sans fard, faire sortir le meilleur d’elle-même pour interpréter cette jeune femme torturée, meurtrie et sous dépendance. On ne voit pas qui aurait pu interpréter le rôle à part elle, tellement Mahi est en elle. Ce ne serait d’ailleurs pas étonnant qu’elle récupère plusieurs prix d’interprétation car sa performance reste inégalée. Nous pouvons même aller jusqu’à dire que Vidya Balan lui arrive à peine la cheville. C’est un pari réussi.

heroine-movie-stills-2-11

Alors qu’est-ce qui coince ? Même si l’interprétation de Kareena Kapoor est hallucinante et criante de vérité, la mise en scène et le scénario sont des problèmes qui desservent Heroine. Après les quinze premières minutes du film, le tableau est dressé. Nous savons plus ou moins ce qui va se passer, à quelques surprises près. le rythme est lent, inégal, on alterne la vie de l’actrice faite de coups bas, de manipulation, de jalousie avec les gros plans sur Kareena et on s’ennuie. Au bout d’une heure de film, on n’en voit pas plus la fin, nous avons déjà l’impression d’avoir passé trois heures du film. Il y a rien de pire que l’ennui dans un film, parce qu’on perd le fil de l’histoire et on se désintéresse peu à peu. Malgré tout, ce qui nous empêche de quitter la salle, c’est Kareena Kapoor. On est fascinés et comme sous l’emprise de Mahi et de côté-là, le film de Madhur Bhandarkar est très réussi. Au moment où le rythme faiblit, Kareena Kapoor arrive à nous faire entrer à nouveau dans le film.

Heroine se découpe en deux parties, la première est principalement consacrée à la vie d’une actrice considérée comme une diva, avec tous les travers et l’envers du décor. La seconde partie du film est beaucoup plus centrée sur l’humanité de Mahi, le personnage de Kareena Kapoor. Cette seconde partie est d’ailleurs la plus intéressante parce qu’elle vient titiller notre affect, d’autant plus que les vingt dernières minutes du film sont certainement les meilleures scènes d’Heroine.


Le scénario est un peu confus et il part dans tous les sens. Madhur Bhandarkar a souhaité traiter différents aspects de la vie d’une actrice mais nous tombons très vite dans les clichés et les stéréotypes.  Heroine n’est pas un mauvais film, ce serait injuste de le dire mais le rythme qui lui fait défaut, en fait un film qui traîne sur la longueur. Même la chanson Halkat jawani parait tout d’un coup bien fade, sans punch. Elle a peut-être été placée au mauvais moment.

Ce qui sauve Heroine, c’est Kareena Kapoor et le film vaut le coup d’oeil, rien que pour sa prestation. Sans sa présence, il n’y aurait pas d’Heroine et ce que l’on retiendra du film, c’est Kareena Kapoor et non l’histoire ou la mise en scène. C’est bien dommage parce qu’il ne manque grand-chose pour que ce film soit inoubliable. Heroine reste cependant un film incontournable.

Galerie de photos 1
Galerie de photos 2